Pina

Livre « coup de poing » qui dit les misères contemporaines à Tahiti, où Pina brosse le portrait d’une Polynésie déchirée où deux mondes parallèles se côtoient sans se voir. Tahiti, île des différences qui séparent.

Disponibilité : En stock
ISBN : 978-2-36734-149-1.

21 €
2 500  XPF

K.O. 2 e round. Avec « Mutismes » finalement, Titaua Peu ne faisait qu’entrouvrir la porte pour dénoncer les silences. Avec « Pina », elle la défonce, la fait claquer, rebondir, résonner avec rage voire colère haineuse et crûment arrache les voiles devant toutes les violences : familiales, sociales, politiques, coloniales. Et elle nous laisse tous K.O. si tant est qu’on « tienne le combat » jusqu’au bout.
Pour ce faire – en Almodovar de la littérature polynésienne -, l’auteure a choisi une famille qui cumule toutes les misères de cette terre : un couple, Auguste et « Ma » et une famille nombreuse dont trois « absents » parce qu’adoptés il y a longtemps. Pour ceux qui restent, Auguste junior, Hannah, Pauro, Rosa, Pina et Moïra, c’est un destin de « survivant » qui les attend. Survivre aux violences sous toutes ses formes : morales, affectives, sexuelles, sociales, survivre aux abandons, absences, silences, incestes, peurs, dépréciations, exploitations, clichés, désamours, manques, folies…
Pour survivre, les amours vraies et les amitiés, celles de la tante Poe et de l’oncle Teanuaua, des amants François, John, Michel , l’intelligence de chacun, le goût d’en sortir, la soif de justice, pas forcément celle des hommes. La question se pose
d’ailleurs tout au long du roman au fond – qui survivra ou non et comment ? – avec cette petite phrase qui jalonne toute l’histoire et laisse entendre qu’un petit corps est retrouvé pendu. On se doute assez vite d’ailleurs qu’il s’agit de Pina, petite enfant noire aux cheveux crépus, délaissée. Pina, le pivot et le coeur du roman, plantée là comme une conscience ignorée, esseulée, bafouée. C’est un livre. Une fiction où tout le monde (Polynésiens comme Popaa, locaux comme métro, hommes d’affaires libidineux comme vahiné oublieuse de sa dignité, croyant comme athée, anciens comme nouveaux colons) en prend pour son grade.
L’écriture simple et directe, très orale souvent, alourdit un peu plus la sentence. Un grand cri de rage trempé dans la sueur, le sang, le sperme et les larmes.
Soyons francs : entrer dans les pages vertigineuses d’un Tahiti qu’on ne dit pas ne laissera personne indemne. On aimera, on s’attachera. Ou… on détestera. C’est le risque pris par l’auteur. Un risque qu’elle assume avec insolence bien souvent. Et l’on est en droit de se demander pourquoi ? Quelle urgence ? … Sans doute il n’y a aucune urgence à étaler les chairs ouvertes.
Parfois pourtant, dans des moments salvateurs, mêler les odeurs, les couleurs, les sons si particuliers d’une terre aimée passionnément est le seul exutoire.
Pas d’urgence et sous le sable noir, la plage ?
Pas d’urgence, simplement le besoin de libérer (de nouveau) une autre parole.

Pays d'origine : Polynésie française
Edition : Première Édition
Année de parution : 2016
Dimensions 210 x 130 mm
Nombre de pages : 368
Type de couverture : souple avec rabats
Finition : Relié cousu
Poids 500 g

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à donner votre avis “Pina”

1 2 3 4 5

Auteur (s)

PEU Titaua

En 2003, Titaua Peu, 34 ans, devenait la plus jeune auteure et femme tahitienne à être publiée, avec « Mutismes » (Haere Po). Aujourd’hui, 13 ans plus tard, 13 années travail, elle livre son deuxième roman, Pina, un roman de la maturité. Il y a 13 ans déjà, Titaua Peu cassait « le mur du silence » : « Le manque de paroles dans les familles tahitiennes est responsable de frustrations et de conflits ». Ce deuxième roman prolonge et creuse le sillon de l’exhumation des « non-dits, des silences [qui] résonnent ; la communication est rétablie et la pensée est libérée. Alors le mutisme se fait parole, délie ses mots et nous enseigne à réapprendre à dire la souffrance. »
Aujourd’hui, à travers ces 360 pages arrachées à la douleur et à la souffrance de l’écriture, elle se déjoue des apparences tout en maintenant ce lien aux mêmes thématiques, comme un leitmotiv lancinant, incontournable. Son écriture reste motivée, portée par un « sentiment de colère », une écriture engagée, combattive, coup de poing. Par ailleurs militante féministe et indépendantiste son message est le suivant « c‘est l’ignorance qui mène à la violence ». Sa préoccupation ? Son inquiétude ? : « Le Tahitien ne s’exprime toujours pas sur ce qu’il ressent. »