Conversations calédoniennes. Rencontre avec Jacques Lafleur

C’est d’abord le journaliste qui interroge l’homme politique. Puis, au fil des conversations, le registre change. Au détour d’une phrase, c’est un Kanak et un Caldoche qui se rencontrent et s’interrogent sur leur histoire commune et les regards partagés.

Disponibilité : En stock
ISBN : 978-2-9156-5458-5.

17.22 €
2 050  XPF

Il ne s’agit pas là d’un travail d’historien au sens strict du terme, mais simplement d’un regard sur l’histoire. Le témoignage d’un homme. Au détour des rencontres, on découvre l’itinéraire de Jacques Lafleur. Grand propriétaire foncier, homme d’affaires très riche ayant fait fortune dans l’exploitation du nickel, chef de file de la droite calédonienne, il semble cumuler toutes les caricatures de la colonisation. Coups de force, coups de gueule et décisions unilatérales ! L’homme aime la polémique voire la provocation. Mais, il y a aussi l’autre Lafleur, tout aussi désarçonnant. L’homme des Accords. La poignée de main de l’hôtel Matignon en juin 1988 avec Jean-Marie Tjibaou restera pour la Nouvelle-Calédonie un acte fondateur. Il y a aussi Lafleur, l’homme du partage, celui qui a accepté de céder son domaine foncier aux clans kanaks du Nord et surtout, plus fondamental peut-être, celui qui permet l’entrée des Kanaks dans le monde très fermé et très européen de la mine. Le rêve du rééquilibrage se réalise et il est difficile de dire que Jacques Lafleur n’y est pour rien. C’est d’abord le journaliste qui interroge l’homme politique. Puis, au fil des conversations, le registre change. Au détour d’une phrase, c’est un Kanak et un Caldoche qui se rencontrent et s’interrogent sur leur histoire commune et les regards partagés. Là, sans contourner les non-dits, sans esquiver les postures, ils se disent les choses d’homme à homme, parlant de leur intimité calédonienne, de leurs excès, de leurs pudeurs, de leurs contradictions aussi et de ce sentiment très fort d’un destin commun qui les dépasse.

Pays d'origine : Nouvelle-Calédonie
Edition : Première Édition
Année de parution : 2009
Dimensions 210 x 130 mm
Nombre de pages : 128
Type de couverture : souple avec rabats
Finition : Dos carré collé
Poids 270 g

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à donner votre avis “Conversations calédoniennes. Rencontre avec Jacques Lafleur”

1 2 3 4 5

Auteur (s)

KOTRA Walles

Originaire de l’île de Tiga en Nouvelle-Calédonie, Walles Kotra est directeur exécutif chargé de l’Outre-mer au sein du groupe France Télévisions. Après l’École supérieure de journalisme de Lille, il rejoint en 1981 la rédaction de RFO Nouvelle-Calédonie. Journaliste de proximité, il s’intéresse à l’évolution de la société calédonienne et en particulier, aux mutations très importantes du monde kanak. Il couvre de l’intérieur les événements politiques calédoniens et suit Jean-Marie Tjibaou et Jacques Lafleur qui, après s’être affrontés, signent avec Michel Rocard, en 1988, les accords de Matignon. Il a aussi été directeur de l’information de RFO à Paris et directeur régional de RFO Nouvelle-Calédonie puis de RFO Polynésie française. Walles Kotra est l’auteur de plusieurs documentaires : « Paroles d’îles » sur la diversité des cultures océaniennes, « Tjibaou, la parole assassinée ? », un portrait du leader indépendantiste kanak ou encore « Tjibaou, le pardon sur la réconciliation entre les familles Tjibaou et Wéa ». Passionné par le Pacifique, il est le promoteur de deux manifestations régionales : l’Université de la communication de l’Océanie en Nouvelle-Calédonie et le Festival international du film documentaire océanien (FIFO) en Polynésie française.

Presse

Le Parisien octobre 2009